Publié par la Gazette Drouot

DAUM EN VERSION UNIQUE

Des mûriers sauvages et leurs fruits charnus ornaient savoureusement le flanc d’un vase sur fond marmoréen de la maison Daum à Nancy.
 

Daum à Nancy, vers 1914
Vase en forme d’urne évasée sur piédouche en verre doublé,
à décor dégagé à l’acide de branches de mûrier sur fond marmoréen et de mûres bleu-violine appliquées à chaud
H. 44,5 cm, Diam. 27 cm. 
Adjugé : 33 020 €
 


Il semblerait qu’il s’agisse d’une pièce unique d’atelier non commercialisée. Ce vase en verre marmoréen était bien goûteux avec son décor gravé à l’acide de branches de mûrier et leurs fruits sauvages bleu-violine à paillons d’or appliqués à chaud. Toute la maîtrise technique de la maison Daum à la veille de la Première Guerre mondiale s’y exprimait, pour un résultat de 33 020 €. Les années précédentes ont été le champ d’une intense activité pour concurrencer les productions à bon marché allemandes. Il fallait donc se renouveler, inventer et offrir le meilleur. Les expositions universelles seront essentielles pour obtenir la reconnaissance et les commandes. Daum est parfaitement ancrée dans son temps, celui de l’art nouveau, et son répertoire décoratif emprunte – à l’image de celui des établissements Gallé – à la nature et à ses bienfaits. Ça, c’est avant l’aventure moderne de l’art déco... Une autre histoire et un autre succès, évoqués par les 12 700 € et les 11 049 € de deux vases en verre épais teinté – bleu pour le premier (h. 37 cm) et orange pour le second (h. 34,5 cm) –, au décor géométrique en creux dégagé à l’acide.