Publié par Drouot
Un magnifique paravent chinois datant du XVIIIe siècle, illustrant huits luohan méditant et devisant dans un paysage montagnard, parsemé de pins et de cascades. Ce décor d’une grande finesse est réalisé en laque et en incrustations de néphrite, jichimu et ivoire teinté. Dans la partie supérieure de l’objet, surmontant la scène, figure un poème écrit par l’empereur Qianlong (1711-1799) dans lequel il rend hommage aux anciens qui méditent et à la sagesse du grand âge.
(Estimation : 60 000 / 80 000 €)
Les luohan sont des disciplines de Bouddha, des sages pratiquant l’ascétisme et ayant atteint l’éveil, assurés de parvenir au Nirvana à leur mort. Depuis le Xe siècle, seize d’entre eux sont particulièrement vénérés dans la tradition du bouddhisme Mahayana. Ces ermites n’ont cessé d’inspiré l’empereur qui écrit sur eux plusieurs séries de poèmes. Il commande plusieurs paravents, sculptures et albums gravés en marbre sur ce thème, ornés de poèmes écrits de sa main.
 


Tessier Sarrou & Associés
Expert : Cabinet Portier

Vente aux enchères publique – Hôtel Drouot – Salle 6
Lundi 18 décembre – 14h
Exposition publique – Hôtel Drouot – Salle 6
Samedi 16 décembre – 11h / 18h
Lundi 18 décembre – 11h / 12h